Torpille
Torpille
< Retour aux artistes

C’était au début du millénaire. Quelque part dans un bar de Québec, Alexandre Martel et Cédric Martel jouent ensemble sur une scène microscopique et concluent leur spectacle, parce qu’il faut savoir soigner sa sortie, en faisant éclater dans la rue un orgue qui n’avait pourtant rien demandé. Parmi les témoins sidérés: Julien Déry.

 

«Julien est venu nous voir à la fin pour nous dire qu’on était bons « pour des débutants »», raconte Alexandre. Julien, lui, assure n’avoir aucun souvenir de ces événements. Ils feront néanmoins tous ensemble fleurir sur les ruines de cet instrument maltraité d’élégantes et espiègles mélodies, dont prendra bientôt le relais le premier album de Mauves.

 

Sagace exercice de pop sous influence, Cinéma Plymouth (2011) traque le refrain entêtant tout en se revendiquant d’une québécitude décomplexée, fière de se prosterner dignement devant l’autel Jaune de Ferland, comme devant celui de Pet Sounds. La chanson Annie Hall conquiert les palmarès des radios universitaires.

 

Après Rebrousser les Indes (EP transitoire, 2013), Le faux du soir (2013) signale un groupe habité par des idées de grandeur et un désir d’affiner son vocabulaire. Plus volontairement cérébral, parfois sibyllin, ce deuxième album mêle les cartes, brouille les pistes et précise ce regard singulier par le biais duquel Mauves figure une musique ayant peu d’équivalent dans l’écosystème québécois du rock indé.

 

Avec Coco, qui paraît à l’automne 2016 chez les disques Coyote, Mauves entend revenir à la proverbiale base, élaguer ses arrangements et rétrécir l’espace séparant l’insolente énergie qu’il déploie sur scène de la relative modération prévalant jusqu’ici sur ses enregistrements. Emmanuel Éthier, avec qui le groupe a jadis fraternisé autour de leur amour commun pour le hip-hop, est l’homme désigné pour mener à bien cette mission. Pourquoi lui? Parce qu’il partage leurs références, certes, mais surtout «parce que c’est le réalisateur le plus coco», expliquent les garçons.

 

Jeune vétéran de l’effervescente scène musicale de Québec, Mauves est aujourd’hui formé de Charles Blondeau, Julien Déry, Alexandre Martel et Cédric Martel.

LES COMMUNIQUÉS

@Torpille sur Twitter

« Notre travail prend tout son sens grâce aux artistes : des passionnés, communicateurs d’émotions peignant des tableaux sonores qui nous font voyager. À nous de les exposer et les faire rayonner! »

- Jean-François Blanchet, président

Top