Torpille
Torpille
< Retour aux artistes

Dans tout ce qui semble aller de soi, il ne faut jamais perdre de vue la somme de travail et les énergies qu’il faut fournir pour atteindre ses objectifs. Chez Étienne Drapeau, ce parcours aux allures de naturel et de facilité se caractérise en fait par sa farouche détermination à se tailler une place de choix dans le monde de la chanson.

Fort de ce soutien et de cet appui, il se présente aux auditions de Star Académie 2004 et voit sa candidature retenue. Si son aventure est de courte durée, elle est tout de même résolument inspirante et stimulante pour la suite des choses. En effet, loin d’être découragé, il commence à produire lui-même ses spectacles dès l’année suivante et, tel un artiste soucieux de créer le beau et le vrai, il prépare patiemment et minutieusement son premier album.

Loin de se reposer sur ses lauriers, Étienne Drapeau monte un spectacle à la fois intimiste et up tempo et le présente lors de sa première tournée solo aux quatre coins du Québec et du Nouveau-Brunswick, en 2007 et 2008. En plus des chansons de son premier album, il puise dans son immense répertoire construit lors de ses années de boîtes à chansons et interprète des pièces d’artistes québécois et internationaux. Le point culminant de cette tournée est sans doute sa prestation en première partie du chanteur Dennis DeYoung, devant plus de 60 000 personnes.

Les extraits radio de ce second album se traduisent tous par des succès aux palmarès. La chanson « Je t’aimerai », premier extrait de l’album, atteint rapidement la première position, tout comme le deuxième, « Comment battent les cœurs? » Ces deux titres sont appuyés par des vidéoclips. Enfin, une autre pièce de l’album, « Femme libérée » (reprise du succès de Cookie Dingler), fait une entrée remarquée dans les radios et connaît un vif succès au Québec.

Ainsi, après plusieurs années d’efforts, de travail acharné et de détermination, la carrière d’Étienne Drapeau est en pleine ascension. Les années se succèdent et sont marquées par de belles réalisations, à commencer par une tournée de spectacles, en 2009, pour une quarantaine de représentations en salles, dans les festivals et sur le circuit corporatif. Cette même année, il est l’invité spécial de Lynda Lemay pour deux spectacles au mythique Olympia de Paris.

D’autres réalisations s’ajoutent à la feuille de route fort bien garnie du chanteur, dont sa participation au méga spectacle du 400e de la ville de Québec ainsi que sa participation comme seul artiste invité au spectacle « La Marche bleue » pour le retour des Nordiques, la création de la chanson « Être femme » qu’il écrit pour l’album « Toi l’inoubliable » de Marie-Élaine Thibert et, en janvier et février 2012, son rôle de Don Carlos dans la populaire comédie musicale Don Juan, de Félix Gray.

Il rapporte dans ses bagages une chanson audacieuse, inspirée de l’Afrique et de ses sonorités, la chanson « Tous ensemble (Inch’Allah) » qui représente l’ouverture d’esprit, la tolérance, l’entraide et le respect entre les êtres humains de toutes origines, nationalités ou religions confondues.

Le 4 février 2013, Étienne est l’invité du ministre du Patrimoine canadien et des langues officielles, M. James Moore, pour offrir une prestation dans le cadre de la « Soirée de musique canadienne » au Centre national des arts à Ottawa.

Pendant 5 ans, soit de 2010 à 2014, Étienne est aussi le porte-parole d’ « Une route sans fin ». Regroupant tous les Centres jeunesse du Québec, « Une route sans fin » est une randonnée à vélo qui se déroule annuellement dans plusieurs villes du Québec et dont l’objectif est de venir en aide aux jeunes en difficulté. Regroupant les 16 centres jeunesse du Québec, le projet « Une route sans fin » consiste en une longue randonnée à vélo se déroulant dans 11 régions du Québec, de l’Abitibi-Témiscamingue à la Côte-Nord. Une cinquantaine de membres du personnel des centres jeunesse du Québec parcourent plus de 1 000 km à cette occasion avec des jeunes de leur centre respectif.

En juillet 2013, qu’Étienne se rend en République dominicaine pour y produire son vidéoclip « J’suis amoureux ».

En septembre 2014, Étienne présente « T’es toute ma vie », son 5e album en carrière. Pour la direction artistique de cet opus, il s’entoure de son bon ami Marc Dupré qui a également composé la musique de quelques pièces. Au cours de l’été 2014, la pièce-titre de l’album connaît un vif succès dans les radios et atteint le numéro 1 du palmarès BDS pop-adulte, et ce, pendant plus de 5 semaines. En 2014 et 2015, Étienne fait une tournée avec son nouveau spectacle T’es toute ma vie, afin d’aller présenter les pièces de ce nouvel opus partout en province. Le 2e extrait de son album, la pièce « Marie-moi », connaît elle aussi un vif succès en radio et est choisie pour faire la promotion-cinéma sur les ondes de TVA et de Moi & Cie. Cette chanson fait aussi l’objet d’un vidéoclip en avril 2015.

En 2015, Étienne, qui chante en français, en anglais et en espagnol, perce le marché international. Il est le chanteur invité pour l’ouverture du plus grand festival de bachata au monde, le 7th Annual DC Bachata, Kizomba & World Latin Music Festival, à Washington le 6 août. Il interprète alors plusieurs de ses propres chansons en espagnol inspirées de ses grands succès radio (T’es ma femme, t’es la plus belle, Je l’ai jamais dit à personne, Les femmes que j’ai aimées) ainsi que les plus grands succès bachatas d’aujourd’hui.

En septembre et octobre 2016, Étienne s’installe en République dominicaine pour jeter les premiers jalons de sa carrière en espagnol. Il est invité à présenter ses chansons dans une multitude de chaînes de télévision et son premier extrait, « Eres mi reina », commence à jouer dans les radios du pays. Ses apparitions à la télévision nationale républicaine attirent même l’attention de producteurs des États-Unis. En janvier 2017, Étienne retourne un autre mois en République dominicaine pour y faire le lancement de son vidéoclip « Eres mi reina » et effectuer une autre tournée des médias. Étienne débute l’enregistrement d’un album en espagnol destiné au marché international.

Charismatique, chaleureux, passionné et unique en son genre, Étienne Drapeau se forge, avec la patience d’un artisan, une carrière d’auteur-compositeur-interprète digne de ses prédécesseurs. Et s’il est vrai que le passé est garant de l’avenir, la suite des choses promet d’être à la hauteur de son talent.

« Notre travail prend tout son sens grâce aux artistes : des passionnés, communicateurs d’émotions peignant des tableaux sonores qui nous font voyager. À nous de les exposer et les faire rayonner! »

- Jean-François Blanchet, président

Top