Torpille
Torpille
< Retour aux communiqués

Sarah Bourdon: un premier extrait « États nuisibles » & un nouvel album « Vallée d’argent »

Montréal, le 22 septembre 2017 – Si les voyages forment la jeunesse, ils peuvent aussi être une formidable source d’inspiration, comme en témoigne Vallée d’argent, le troisième album de Sarah Bourdon, dont elle signe tous les titres.

Créées à la suite d’un séjour marquant au Costa Rica, les pièces réunies sur ce nouvel opus ratissent large, empruntant la plupart du temps des chemins moins fréquentés. Oscillant entre douceur et puissance, l’artiste nous livre ici son disque le plus personnel, lequel succède à La longue trail (2013) et à Mouvement (2015).

Pour ce qui constitue sa première expérience de réalisation, l’auteure-compositrice-interprète a choisi de faire équipe avec Marc Bell (Jason Bajada, Ariane Brunet, Karim Diouf). Enregistrées en grande partie en prise directe pour en préserver l’énergie et la spontanéité, les pièces permettent d’entendre le batteur Maxime Bellavance et le bassiste Alexandre Lapointe, tous deux du groupe funk The Brooks, ainsi que le pianiste et claviériste François Lafontaine (Karkwa, Alexandre Désilets, Marie-Pierre Arthur).

Dès Silence, un prélude instrumental porté par d’envoûtantes lignes de clavier, nous voilà entraînés dans un univers riche en nuances et en textures. S’ensuit la solennelle Vallée d’argent, empreinte de spiritualité, qui se déploie lentement et invite au recueillement.

De somptueux arrangements de cordes réalisés par la violoniste Mélanie Bélair et interprétés par le quatuor à cordes Mommies on the run ajoutent du relief à quelques titres, dont la soyeuse Gamma et Prière silencieuse, toute en intériorité. La voix s’y fait caressante et l’émotion, jamais feinte. Teintée d’exotisme et traversée de prenantes envolées vocales, Samara s’inscrit dans ce même sillon sensible et intimiste.

 

Chanteuse à la voix ample et puissante, Sarah Bourdon s’éclate sur la percutante Healing, une pièce aux accents soul et gospel qui nous convie à passer de l’ombre à la lumière, et sur la dansante États nuisibles, un titre résolument pop qui fait du bien au cœur et à l’âme. Le spectre s’élargit avec Toltèque, un bijou de pop orchestrale.

Mélodiste douée, Sarah Bourdon nous offre en guise de conclusion As a statue of love, une chanson où elle renoue avec le folk de ses débuts, le présent y faisant écho au passé.

Tout au long de ce voyage en chansons, il est question de faire des choix et de suivre son instinct. Avec Vallée d’argent, Sarah Bourdon passe par une quête d’authenticité et de vérité, mais aussi par une démarche d’affirmation de soi assumée.

@Torpille sur Twitter

« Notre travail prend tout son sens grâce aux artistes : des passionnés, communicateurs d’émotions peignant des tableaux sonores qui nous font voyager. À nous de les exposer et les faire rayonner! »

- Jean-François Blanchet, président

Top