Torpille
Torpille
< Retour aux artistes

Daniel Boucher

« J’ai appris la musique à l’école primaire Le Plateau, dans le parc Lafontaine. Violon, flûte, chant choral, écriture et lecture musicale. J’ai adoré mon passage à cette école-là. La seule chose que je n’ai pas aimée, c’est le fait qu’on était obligés de porter un col roulé blanc et des pantalons marine pour donner des concerts.

Tanné du protocole autour de la musique classique et d’un environnement que je commençais à trouver un peu trop straight, j’ai arrêté à 14 ans. 

J’ai pris la première grosse décision de ma vie en Février 1988, à 16 ans, quand j’ai changé d’école pour me rapprocher de ma première blonde. Le 22 du même mois, mon père s’est tué en avion.

J’ai encore mal.

En 1989, je m’inscris en génie civil au Cégep Ahuntsic. Dans mes cours, je commence à chummer avec un certain Bob, qui est, comme moi, un malade des Beatles, et qui joue de la guitare. Des heures et des heures à foxer des cours pour aller chanter « Hey Jude » dans un corridor qui sonnait bien. Bob ne le sait peut-être pas aujourd’hui, mais c’est un peu de sa faute si je fais ce métier-là. Merci, Bob.

Le 5 Décembre 1991, je participe au concours « Cégeps en spectacle ». C’est la première fois que je monte sur un stage pour faire autre chose que de la musique classique. Au début de mon numéro, je suis un étudiant à la cinquième session d’un programme qui en compte six et au terme duquel je deviendrai technologue en génie civil. Dix minutes plus tard, en sortant de scène, je suis un auteur-compositeur-interprète qui n’a pas encore écrit une ligne mais qui vient juste de donner son premier show. C’est clair dans ma tête.

Après ça, j’écris mes premières tounes, je chante des classiques du rock dans les bars avec mon premier groupe, je retourne au Cégep, en guitare cette fois-là, je cours les concours, je passe des nuits à jammer avec des chums, je lis la vie de Lennon, celle de Dylan, celle de Gerry. J’ai lâché mes études au bord du diplôme. Je suis cassé. Je suis un crotté. Je poursuis mon rêve. Je suis terriblement libre et heureux. 

Au Festival en chanson de Petite-Vallée, en 1997, ma carrière débloque. Je reçois des prix; je me fais cruiser; professionnellement, je veux dire. Mon premier disque, « Dix mille matins », sort le 12 Octobre 1999. Le toupet se met à me friser.

Depuis, j’ai lancé quatre albums (La Patente, 2004; La Patente Live, 2007; Chansonnier, 2007; Le soleil est sorti, 2008). Fait autant de tournées. Participé à deux spectacles musicaux: « Dracula », 2006 et « Les filles de Caleb », 2011. Animé sur scène (Fête Nationale 2003, entre autres) et à la télévision (En route vers l’ADISQ, 2000 à 2003, La vie nous arrive, 2012). Élevé un petit garçon. Construit une maison. Éteint des feux. Donné des becs. Défait des noeuds.

Le millage s’accumule tranquillement et je me sens de mieux en mieux dans mes souliers. 

Quel voyage, la Vie, pareil…
Et si Toutte est temporaire, la suite dépend de nous autres.
Parce que Toutte se peut.»

Daniel.

@Torpille sur Twitter

« Notre travail prend tout son sens grâce aux artistes : des passionnés, communicateurs d’émotions peignant des tableaux sonores qui nous font voyager. À nous de les exposer et les faire rayonner! »

- Jean-François Blanchet, président

Top